in

https://mcetv.ouest-france.fr/mon-mag-culture/mon-mag-musique/orelsan-retour-sur-le-succes-dun-rappeur-qui-ny-croyait-pas-vraiment-24112021/


Il vient de sortir son 4ème album et connaît un des plus gros démarrages de l’histoire du rap français. Retour sur le succès d’Orelsan.

Avec quatre albums à son actif, un documentaire sur Amazon Prime et de nombreuses dates de concert prévues pour l’année prochaine… difficile de passer à côté du succès du rappeur Orelsan. MCE TV revient sur son parcours atypique.

Orelsan, »l’extraterrestre »

« Dans le paysage du rap français, Orelsan fait figure d’extraterrestre. » écrit l’auteur Antoine Lucciardi à propos du rappeur dans une biographie de l’artiste. Il faut dire que contrairement à d’autres noms du milieu, il n’avait rien pour devenir la star qu’il est aujourd’hui.

S’il est toujours associé à la ville de Caen, il faut savoir qu’Aurélien Cotentin, de son vrai nom, est né à Alençon. Il a d’ailleurs grandi dans le même quartier que Daniel Balavoine.

Il est donc bien loin du milieu habituel où le rap français a émergé. On pense à Paris et Marseille. Le journaliste de Mouv’ spécialisé dans le rap, Raphaël Da Cruz, confirme en effet qu’il est moins fréquent de voir des rappeurs à gros succès dans des villes outre que Paris et Marseille.

Mais la géographie n’est pas le seul critère qui nous laisse penser qu’Orelsan n’était pas prédestiné à la réussite. Contrairement à d’autres artistes qui sont tombés dans la marmite dès leur plus jeune âge, Aurélien découvre le hip-hop grâce au basket.

Il raconte à Libération qu’il était du genre à écouter du Nirvana, Iron Maiden ou encore Guns’n’Roses. Il rattrape très vite son retard en commençant par écrire des textes sur sa vie.

Au-delà de raconter sa vie, Orelsan va surtout trouver le moyen de nous plonger dans son parcours atypique. « Il est le premier à raconter, avec succès, son vécu de jeune homme blanc provenant de la classe moyenne » constate Raphaël Da Cruz.

Un des premiers « rappeurs internet »

Pour mieux comprendre pourquoi le succès d’Orelsan est une surprise, il suffit de jeter un coup d’œil à son parcours. En effet, Aurélien Cotentin est passé par une école de commerce. Tout ce qu’il y a de plus classique. Mais pas pour un rappeur !

Dans un documentaire autour de sa vie, sur lequel on reviendra plus tard, il confie qu’il ne savait pas vraiment ce qu’il voulait faire de sa vie. Sans trop de surprise, les cours de commerce à l’école ne le font pas vibrer.

Orelsan finit par rencontrer Matthieu Le Carpentier, alias Skread. Ce dernier est producteur de musique. Ensemble ils s’allient à Guillaume Tranchant et Abdoulaye Doucouré et forment un nouveau groupe.

Skread arrive alors à placer une de ses productions sur le titre d’ouverture d’un album de Booba. Avec ça, le groupe commence à croire que le succès est possible.

Aurélien de son côté travaille comme veilleur de nuit dans un hôtel. Il en profite pour écrire et rapper. Mais il a encore du mal à se faire connaître. Finalement, le boom d’internet dans les années 2000 va lui ouvrir la voie.

Le jeune homme comprend très vite qu’internet va lui offrir de belles opportunités pour se faire connaître. « Myspace a tout changé » confirme le jeune artiste dans une interview pour Le Parisien. Sur ce réseau social, ancêtre de Facebook, Orelsan poste deux titres qui font beaucoup parler !

Débuts et polémiques

C’est donc grâce à « Saint-Valentin » et « Sale P*te » qu’Orelsan commence à se faire connaître. Dans le premier morceau, il décrit avec humour sa vision de la fête des amoureux. Des paroles à ne surtout pas prendre au premier degré !

Dans le deuxième titre, le jeune artiste nous raconte l’histoire d’un jeune homme qui découvre que sa petite amie le trompe. Très alcoolisé, il décide de lui écrire un mail où il l’insulte et la menace.

Écrit en 2006, ce morceau refait surface 3 ans après. Skread a pris sous son aile Orelsan et grâce à lui il sort son tout premier album Perdu d’avance en 2009. Même s’il ne figure pas dans l’album, le titre fait polémique.

Le jeune artiste se met à dos les associations féministes. Sans trop de surprise ! Dans les médias Orelsan tente de se défendre comme il peut.

« J’ai tourné un clip où je porte un costume cravate et bois de l’alcool, pour montrer qu’il s’agit d’une fiction. » explique-t-il d’abord. « En aucun cas, je ne fais l’apologie de la violence conjugale. L’attitude de ce personnage me dégoûte. » ajoute le jeune artiste dans une interview pour le Monde.

Attaqué en justice, l’artiste de 33 ans à l’époque déclare « On ne peut pas faire que des œuvres qui soient du Walt Disney, quoi ! ». Quelques années plus tard, il est définitivement relaxé. « Je comprends que cela ait pu choquer, comme tout choque selon les sensibilités de chacun. » admet le jeune artiste. D’ailleurs il ne chantera plus jamais ce morceau sur scène.

Orelsan: retour sur le succès d’un rappeur qui n’y croyait pas vraiment !

« Civilisation »

Après Perdu d’avance, le jeune artiste dévoile un deuxième album en 2011, Le chant des Sirènes. Il enchaîne deux ans plus tard avec Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters. Puis sort son 3ème album La fête est finie en 2017.

3 ans après le succès de ce dernier opus, Orelsan revient avec un nouvel album, Civilisation. Avec ce nouveau projet, le jeune artiste dresse le portrait d’une société française extrêmement inflammable et de ses politiques qui jouent avec le feu.

Mais attention, le jeune rappeur ne veut surtout pas que ses textes soient mal perçus par son public. Il confie dans une interview à Libération qu’il ne veut pas paraître comme un « moralisateur ».

S’il ne veut pas que ses textes soient détournés, il assume toute même le fait qu’il avait envie de « taper du poing sur la table ». « Il faut trouver le juste milieu » explique-t-il.

D’ailleurs la politique ne l’intéresse pas tant que ça. À travers sa musique, il décrit ce qu’il voit, ce qu’il vit. Mais ne veut surtout pas que son album soit pris « comme une proposition politique. »

Ce nouveau projet est d’ailleurs disponible depuis le 19 novembre dernier. Certains le décrivent déjà comme le meilleur album de rap français de l’année 2021.

Entre drill londonienne, punchlines provocantes, humour et autodérision, on retrouve ici tout ce qu’on aime déjà chez Orelsan. Il nous parle donc de violences conjugales, crise de l’hôpital, de l’école et des bavures policières. Tout ce qui a marqué la société au cours de ces dernières années.

« Montre jamais ça à personne »

Le dernier album du rappeur Orelsan nous donne envie d’en savoir plus sur la vie de cet artiste à succès. Pour plonger dans son univers, on vous conseille de regarder son documentaire « Montre jamais ça à personne ».

C’est derrière la caméra de son frère, Clément Cotentin, que le jeune rappeur se dévoile. Plus qu’une simple production sur la vie d’Orelsan, on est ici plus sur une immersion intime dans les coulisses de son parcours.

« J’ai commencé à filmer mon frère et ses potes en pensant qu’un jour, il faudrait raconter leur histoire » explique Clément Cotentin lors de la projection en avant-première du documentaire. De son premier boulot aux grandes salles de concert en passant par toutes les petites, et grandes, galères de la vie, on a l’occasion de découvrir des images exclusives de ce jeune homme qui cherche à percer.

Près de 20 ans d’archives et d’images inédites condensées dans un documentaire de 6 épisodes que vous pouvez d’ailleurs découvrir sur Amazon Prime. On découvre Orelsan, Skread et leur bande de potes qui sont encore très jeunes quand l’aventure commence.

Des guests ont aussi participé à l’aventure pour témoigner du parcours du jeune artiste. On pense ainsi à Soprano, Akhenaton, Oxmo Puccino, Stromae ou encore GIMS. À travers Montre jamais ça à personne, Clément Cotentin retrace donc le parcours de son frère. Il lui prouve au passage qu’il n’a jamais cessé de croire en lui !

Orelsan en concert : à vos agendas !

Avec la sortie en grande pompe de son nouvel album Civilisation, Orelsan a aussi prévu une belle surprise à ses fans. D’abord, vous avez sûrement entendu parler de ces fameux tickets d’or que l’artiste a glissé dans 5 exemplaires de ses disques.

Un peu à la Willy Wonka sauf que cette fois-ci ce n’est pas une vie de sucreries que les heureux élus vont gagner, mais un accès gratuit à tous les concerts d’Orelsan, à vie ! Rien que ça. Le ticket est nominatif et vous permet de profiter de ses prestations, hors festival, avec la personne de votre choix.

D’ailleurs les concerts, Orelsan en a prévu en masse ! Il entamera sa tournée le 15 janvier au Zénith de Caen. Il passera ensuite par Rouen, Lille, Amiens ou encore Toulouse.

Les fans du jeune rappeur pourront le découvrir sur scène à Lyon, Grenoble, Orléans, Nice et Marseille aussi. Il passera même par Rennes, Strasbourg, Pau et Limoges. En mars 2022, il prévoit non pas une mais 3 dates à Paris ! Orelsan prendra d’assaut l’Accor Arena les 17, 18 et 19 mars prochain !

Aux dernières nouvelles, il serait aussi au programme du InVersion Fest qui se prépare pour les 17 et 18 juin 2022 à Lyon. Il partagera la scène avec d’autres grands artistes comme PNL, SCH ou encore Stromae. Mais aussi les Black Eyed Peas, CKAY, OBOY et James BKS.

Cette première édition du festival aura d’ailleurs lieu dans l’enceinte du LOU Rugby. 35 000 personnes sont attendues ! La billetterie est d’ailleurs déjà ouverte. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.





Source

What do you think?

Written by ZONETREIZE.FR

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Tayc se fait chambrer par Booba pour son look aux NRJ Music Awards

https://mcetv.ouest-france.fr/mon-mag-culture/mon-mag-serie-tv/plus-belle-la-vie-estelle-decouvre-la-double-vie-de-francesco-24112021/

Back to Top

Ad Blocker Detected!

Refresh

Log In

Forgot password?

Forgot password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Oui ma gâtée!
Avant de partir...

Check la sape RAFALE Marseille

C'est pas la capitale, c'est Marseille bébé !

Close
Close